Corsica Libera s’élève contre les tags anonymes insultants à l’encontre de J-M Dominici

Corsica Libera  s’élève contre les tags anonymes insultants à l’encontre de Jean Marie Dominici conservateur de la réserve na­turelle de Scandola. Au delà de leur caractère inadmissible, ces inscriptions font directement allusion à un reportage télévisé où étaient évoqués les problèmes liés à la sur-fréquentation de ce site remarquable, et aux dangers qu’elle fait courir à l’environne­ment, ainsi qu’à la biodiversité (notamment concernant les popula­tions de balbuzards pêcheurs actuellement grandement mena­cées).

Il est aujourd’hui grand temps de régler ces questions, au delà des approches médiatiques sommaires. En Août dernier, s’agis­sant des îles Lavezzi, nous préconisions déjà l’instauration de quotas afin de limiter – en les étalant dans le temps – les flux tou­ristiques paroxystiques. D’autres mesures complémentaires (élargissement de la taxe Barnier par exemple) doivent permettre d’établir des règles qui seront bénéfiques à tous, y compris aux professionnels qui vivent de l’exploitation d’une ressource dont l’épuisement constituerait une catastrophe économique autant qu’écologique. Des tables rondes sur ce sujet doivent rapidement se tenir conformément à la motion adoptée par l’Assemblée de Corse et chargeant les organismes concernés par la sauvegarde de l’environnement, notamment le Parcu di Corsica et l’Uffiziu di l’Ambiente, de prendre toutes mesures utiles afin de lutter effica­cement contre les phénomènes de sur-fréquentation et pour la sauvegarde de la biodiversité.

 

Corsica Libera

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*